Prendre le taureau par les cornes, voilà le leitmotiv de Morvandiau. L’auteur de dessin de presse et de bande dessinée né en 1974 à Rennes doit faire face et ne doit pas fuir ses responsabilités. Plus facile à écrire qu’à faire.

Un diagnostic est enfin posé : sa mère souffre de démence fronto-temporale précoce, affection cousine de la maladie d'Alzheimer. Septembre 2005. Son fils Émile naît prématurément. Il est porteur de trisomie. À quelques mois d'intervalle, Morvandiau doit faire le deuil de la mère qu'il a connue et de l'enfant qu'il avait attendu. C'est l'occasion pour lui de revenir, avec pudeur et poésie, sur l'histoire de sa famille et plus particulièrement celle de sa mère, femme très pieuse au fort caractère, alliant conformisme et fantaisie.
C'est aussi le récit du difficile apprentissage de la vie auprès d'un enfant handicapé, du regard porté par les autres, de la jungle administrative qu'il doit affronter. À travers le regard tantôt amusé, tantôt agacé qu'il porte sur les incongruités de la différence et ce qui l'entoure, Morvandiau évoque avec tendresse l'intensité des émotions d'un père et d'un fils face à la maladie, et finalement, le bonheur d'être en vie.

Des pages frappantes sur la trisomie mal perçue.

Le taureau

par les cornes

Scénariste/auteur/dessinateur

Octobre 2021

Des terroristes syndicalistes s'emparent d'un paquebot de croisière rempli d'actionnaires qui fêtent leur richesse dans la débauche, et le détournent vers une tempête. Entre fantasme de gauche et exorcisme parabolique d'une odieuse réalité.

Notre part

des ténèbres

BD de la révolte sociale

Dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier, une magnifique croisière est organisée sur un bateau de luxe, le Nausicaa, pour les actionnaires de Mondial Laser, une entreprise de pointe vendue à l'Inde par un fonds spéculatif. Il s'agit de célébrer les profits records de l'année qui s'achève et ceux à venir suite à la délocalisation. Mais tandis que le champagne coule à flots au milieu d'invités prestigieux, le Nausicaa est détourné. Il met cap au large, plein nord.
Les anciens salariés licenciés après la fermeture définitive de l'entreprise en France ont pris le contrôle du bateau. La prise d'otages a été minutieusement organisée par Gary, ex-chef de l'atelier mécanique de Mondial Laser. Dans l'orchestre, parmi le personnel, les invités, l'équipage, le personnel de sécurité, se cachent des salariés écoeurés par un plan social injuste et qui ont décidé d'agir pour défendre leur dignité.
«Vous ne savez pas qui nous sommes. Vous n'avez jamais voulu le savoir. Rien ne nous distinguait sur vos bilans comptables, vos statistiques. Maintenant, vous nous voyez.»

Scénariste/auteur
Dessinateur

Octobre 2021

Voir la vidéo, interview sonore des témoignages

Le Festival 2020 est supprimé POUR ÊTRE reporté en 2021... MAIS NOUS CONSERVONS LA PRÉSENTATION DE NOTRE BD LOCALE

Production association "Bandes à part"

Fait suite à la série dont la première s'intitule

"À quoi tu penses quand tu jardines ?

BD, récit graphique et interviews sonores basé sur des témoignages de salarié·e·s et ex salarié·e·s ainsi que sur une réflexion philosopho-poétique sur le concept du travail dans nos sociétés...

Avec la participation de Bernard Friot, économiste, pour son concept du "Salaire à vie"

À quoi tu penses

quand tu travailles ?

 Dimanche11 Octobre 2020 15 heures 

Conférence/débat/dédicaces

           au Centre Senghor du May sur Èvre

Masques et distances sanitaires imposé·e·s

Dimanche 11 Octobre 2020

Scénariste/auteur/dessinateur

Maintenu

Le temps des humbles

CHILI 1970-1973

A paraître le 18 juin 2020 aux éditions Steinkis, "Le Temps des humbles", de Désirée et Alain Frappier, nous plonge dans l’histoire des mille jours du gouvernement d’Unité populaire de Salvador Allende à travers le témoignage de Soledad. Agée de 15 ans en 1970, sa destinée va être profondément marquée par ces trois années de vie intense, avant le coup d’état, le deuil et l’exil (communiqué ci-dessous).

 

Après "Là où se termine la terre", Désirée et Alain Frappier poursuivent leur magistral travail de mémoire consacré à l’histoire du Chili.

 

Mêlant récit intime – celui de Soledad, que Désirée et Alain Frappier ont rencontrée, et auxquels elle a confié son histoire – et approche documentaire solidement charpentée, "Le Temps des humbles" fait résonner, alors que sera célébré le 4 septembre le cinquantième anniversaire de l’élection de Salvador Allende, la voix de celles et ceux qui ont porté, alors, leurs espoirs vers plus d’équité, de justice et de démocratie.

•• Voici le communiqué >>>

"Le temps des humbles" Désirée et Alain Frappier
Scénariste/auteur·trice/dessinateur·trice

Octobre 2021

La boîte de petits pois

C’est l’histoire de GiedRé, une petite fille qui, à 7 ans, a quitté la Lituanie pour la banlieue parisienne. Le récit subtil, espiègle et joyeux, de la vraie vie d’une famille sous le communisme des années 80.

Aujourd’hui artiste-chanteuse en France, GiedRé est née dans un état qui n’existe plus : l’URSS.

Elle raconte ses souvenirs d’enfance, la vie de sa grand-mère, de ses parents et de son oncle (déporté à 17 ans dans un camp en Sibérie pour avoir collé des affiches rebelles dans la rue). Une vie qui ressemblait à une longue file d’attente, pour du beurre, des chaussures ou une boîte de petits pois.

Elle évoque la vie de sa grand-mère, de son oncle déporté à 17 ans en camp de Sibérie, les aspects difficiles de sa vie, mais aussi les petits bonheurs et son ingénuité touchante face à une organisation politique qui la dépassait.

Le récit continue jusqu’à son arrivée en banlieue parisienne, à 7 ans, et sa rencontre avec un monde qui lui était totalement inconnu.

Récompenses 2020 - Prix du Jury Œcuménique de la BD

La boite de petits pois, BD de GiedRé

Scénariste : GiedRé

Illustratrice et coloriste : Holly R

Octobre 2021

Logo association "Bandes à part"

© avril 2019 Éb. Créé avec Wix.com     Politique de confidentialité 

Bandes à part

sur Facebook

  • White Facebook Icon